Capitaine Maxime Miron-Morin

Sans-titre-5.gif

Promotion 2013 du CMR, génie aéronautique

1/13

Double cliquez sur le slide show pour obtenir les photos plus grandes.

Maxime était âgé de 29 ans, il est l’aîné d’une famille de 5 enfants. Il a 3 frères et une soeur, la dernière de la famille, celle qu’il voulait tant. Maxime était un enfant qui aimait répandre la joie et le bonheur autour de lui. Il était toujours de bonne humeur et d’une écoute sans pareille. Jamais il ne disait un mot en mal d’une personne. Il restait toujours neutre. Il avait cette facilité d’adaptation qui fait sentir chaque personne unique. Il allait toujours chercher le meilleur de chacun, les sortants bien souvent hors de leurs zones de confort. Maxime savait être rassurant. Il était avenant et prenait grand soin des autres. Il savait s’adapter dans n’importe quelle situation.

Maxime a toujours été un enfant curieux, et ce depuis son plus jeune âge. Aucune question ne devait rester sans réponse. Il revenait à la charge rapidement pour obtenir la réponse. Je le surnommais affectueusement « M. Pourquoi? », pourquoi ci, pourquoi ça… Il a développé très jeune la passion pour les sports, le soccer, la course et il a même été champion de Ping Pong. Pour relaxer, il prenait son Cube Rubik qui était toujours à portée de la main. Que le cube soit 3x3, 4x4, 5x5 ou 8x8 et peu importe la forme ou la complexité du cube, il était toujours motivé à réussir. Il pouvait y arriver même les yeux fermés. Il excellait dans ce domaine.

Maxime à l’adolescence a joint les cadets de l’air avec l’Escadron 817 J.V Allard de la région de centre du Québec à Nicolet, Québec, Canada. Il a pu graduer de soldat à sergent, en passant par sous-caporal et caporal. Les cadets de l’air lui ont transmis le goût de la discipline, de la routine et le sens du devoir. Ils lui auront surtout appris qu’il ne devrait jamais perdre de vue ses rêves et que, oui, l’aviation c’était possible. Les forces armées Canadienne était la prochaine étape dans sa vie. Il s’est enrôlé au Collège Militaire Royal Canadien, d’abord à St-Jean (CMR St-Jean). Il avait choisi son métier militaire de pilote et ensuite de navigateur. Il y a entamé ses études en génie aéronautique. Il aimait les sciences. Il a eu la chance d’obtenir plusieurs promotions par la suite. Le Collège lui a aussi permis de se faire des amis pour la vie.

Maxime a poursuivi ses études universitaires à Kingston, Ontario. Comme Maxime avait beaucoup de leadership il y a aussi eu rapidement plusieurs promotions. C’est à Kingston qu’il a rencontré sa tendre moitié, Kathryn, qui deviendra son épouse en 2014. Il y a obtenu son diplôme d’ingénieur aéronautique ainsi que sa commission (permission de commander des hommes comme officier). Il a ensuite été stationné à Comox en Colombie Britannique ainsi qu’à Winnipeg. Il était basé à Shearwater en Nouvelle-Écosse avec Kathryn, son épouse, depuis 5 ans.

Maxime avait du génie, la soif du savoir et d’apprendre. Rien ne l’arrêtait. En 2019, il a terminé sa maîtrise à l’Université Dalhousie à Halifax, en science Océanographique. Plusieurs de ses collègues ont d’ailleurs témoigné avoir été très surpris par la rédaction de son mémoire en anglais, sa langue seconde, tellement la recherche avait dû être ardue. Ce qu’il présentait dans son mémoire était de très haut calibre.

Lorsque Maxime a su qu’il partait sur le NCSM Fredericton, en support à la marine en mer Méditerranée, il était très heureux. Il allait partir avec son équipe, ses frères de l’hélicoptère maritime CH148-822. Sa première mission et il en était fier, se sentait utile et désirait mettre à profit toutes ses connaissances, sa formation, son énergie et son talent. Maxime irait. Il est toujours allé au bout de tout ce qu’il entreprenait.

Il aurait fêté ses 12 ans de service dans les forces canadiennes cet été. Je suis fière de l’homme qu’il est devenu. Il aura eu l’occasion de faire ce qu’il voulait faire le plus au monde, voler. Il nous a quitté bien entouré des membres de sa deuxième famille, dans l’esprit de corps qui unit tellement les combattants.